Hommage à Samuel Paty

Il avait 37 ans, il était papa et il était prof d’histoire géo. Oui, on va parler de Samuel Paty. A Conflans-Sainte-Honorine, un drame s’est produit le 16 octobre 2020 : un prof a été sauvagement assassiné dans la rue.

Que s’est-il passé il y a deux ans ?

En classe, Samuel Paty avait montré des caricatures de Muhammad (Mahomet), prophète de l’islam, pendant son cours d’EMC sur la liberté d’expression. Une élève, absente ce jour-là, n’a pas aimé apprendre cela et elle en a parlé à son père qui a réclamé le renvoi du professeur à la principale et sur Facebook. Le vendredi 16 octobre, Abdoullakh Abouyezidovitch Anzorov, qui avait vu la vidéo du père sur les réseaux sociaux, a décapité le professeur à la sortie du collège et a ensuite été abattu par la police.

Rendons-lui hommage !

Au collège Georges Braque, nous rendrons hommage à Samuel Paty le lundi 17 octobre, le 16 octobre tombant un dimanche. Nous voulons montrer que notre liberté d’expression n’a pas été assassinée, elle !

Dans un autre collège du Val-de-Marne, ils lui ont rendu hommage en décidant de renommer leur établissement « Samuel Paty ».

Avons-nous le droit de tout dire ?

L’assassinat de Samuel Paty suscite une question : la liberté d’expression nous permet-elle de tout dire ? A tout le monde ? Est-ce que la liberté d’expression a une limite ? Blasphème ou liberté d’expression ?

Caricature de Michel Kichka, parue dans Charlie Hebdo en 2007

Le blasphème, c’est quoi ?

C’est le fait d’offenser un dieu ou une divinité quelconque par la parole ou par les gestes. En France, le blasphème n’est pas condamné par la justice : on peut brûler un objet religieux sans qu’il y ait de conséquences. Par exemple, le journal Charlie Hebdo a pour culture de parler de l’actualité avec humour (très noir), ce qui peut rapidement être perçu comme du blasphème (ce qui je le rappelle, reste autorisé en France) et choquer certaines personnes. Ce journal continue donc de pouvoir publier sans être censuré.

Par contre, Samuel Paty, lors de son cours d’EMC s’est contenté d’illustrer la liberté d’expression sans aucune intention de blasphémer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s